Présentation

Fermer Section

Activités
A écouter

Intervention sur Radio.B. de notre Président Jean-Paul LA BATIE accompagné de Michel RAVET et de Nicole SINGIER. Interview réalisée par Patrick SUBREVILLE et Gisèle BRUN. Ils abordent la longue histoire de la Légion d'Honneur et aussi le "Tour de l'Ain de la Légion d'Honneur" avec l'exposition qui se tient à Bourg-en-Bresse du 11 au 22 novembre 2018.

Pour écouter cliquez sur le triangle ci-dessous, l'intervention dure 1 heure, vous pouvez accéder à un instant précis en maintenant le bouton rond cliqué et en le déplaçant vers la droite ou vers la gauche

 
Voyage en Alsace

La S.E.A a organisé les 17 et 18 septembre 2018 un voyage en Alsace auquel était conviée la S.M.L.H, pour plus d'informations sur ces journées, cliquez sur ce lien

Légionnaires d hier

fermer Généralités

fermer Nés au 18eme siècle

Un peu d'Histoire
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comité Dombes - Côtière de l Ain - Exposition de Thoissey

Après le vif succès de l'exposition cet été 2016 sur la Légion d'Honneur à Châtillon sur Chalaronne (cliquez sur ce lien), monsieur le maire de Thoissey : Maurice VOISIN en collaboration avec notre camarade Pierre PETIOT du comité Dombes-Côtière de l'Ain ont souhaité accueillir cette exposition dans leur commune.

Notre président de section MCS (H) Jean-Paul LA BATIE et le président du comité Dombes-Côtière de l'Ain  : Yves MINOT VERCELLIS ont bien volontiers donné leur accord.

L'exposition s'est tenue du samedi 05 novembre 2016 au samedi 12 novembre 2016.

L'inauguration officielle  s'est faite le samedi 05 novembre à 11H00 en présence de personnalités 

Expo LH THOISSEY nov 2016 016.jpg Expo LH THOISSEY nov 2016 006.jpg
Expo LH THOISSEY nov 2016 008.jpg Expo LH THOISSEY nov 2016 009.jpg
   

La tenue de la traditionnelle foire de la Saint Martin le dimanche 06 novembre a drainé de nombreux visiteurs vers l'exposition.

Des élèves du collège de Thoissey ont pu satisfaire leur curiosité le mercredi 09 novembre. Les questions ont été nombreuses et sensées.

Jean-Paul LABATIE et Alain RAVOYARD ont fait chacun une conférence remarquable, en présence d'un auditoire passionné.

Conférence :  « L a Bataille de Verdun »  par Jean-Paul LA BATIE

Expo LH THOISSEY nov 2016 024.jpg

Celui-ci  évoqua ces 300 jours et 300 nuits d’enfer que subirent les courageux  poilus de VERDUN. Les divers aspects d’une bataille que JOFFRE n’avait pas senti arriver malgré  les inquiétudes, pressentiments et  avertissements  de divers officiers en poste à Verdun, dont HERR,  DRIANT , qui redoutaient une attaque sur Verdun et n’étaient pas écoutés. Erich Von FALKENHAYM commandant suprême de l’armée allemande avait fait venir en secret une artillerie considérable et aménagé de façon très élaborée un réseau de tranchées et de systèmes d’armes  en face de VERDUN. La conférence expose l’attaque du 21 février  1914, dans un déluge de feu et la résistance inattendue des français.  Par la suite,  Le léger recul dela ligne de front, la prise des forts de VAUX et DOUAUMONT.  Malgré une impréparation notoire de la zone de VERDUN du côté français, notre armée a su se ressaisir sous le commandement de PETAIN. Celui-ci affecté à la défense de VERDUN   organise une logistique considérable par la « voie sacré » et » le tourniquet », c’est-à-dire la rotation des corps d’armée qui  fait que Verdun fut la bataille de tous les Français. PETAIN  bloque l’ennemi, octroie des jours de repos pour les combattants et évite les attaques meurtrières.  NIVELLE secondé par MANGIN est appelé à la suite de Pétain. Ceux-ci, plus offensifs mais moins économes de leurs hommes, finissent par reprendre  les forts alors que allemands déportent  leurs efforts sur la Somme.

Sont abordés également, le rôle considérable de l’aviation, les nouvelles armes : les mitrailleuses, les obusiers  de gros calibres, les lance-flammes,  l’arme chimique. Sont également traités, les nouveaux moyens de communication (TSF),  le service de santé dont l’importance numérique sur les zones de combat fut favorablement  ressentie et le rôle des femmes en usines d’armement.

Cette bataille a fait 700 000 victimes (morts et blessés) pour rien car la volonté de défense Française a évité la percée allemande et fin 1914, la  ligne de  front était presque revenue à celle de départ. 

 

 

Résumé de la conférence RAVOYARD : « Quelques aspects insolites de la Grande Guerre ».

Expo LH THOISSEY nov 2016 025.jpg

La conférence a permis d'évoquer avec les auditeurs des aspects méconnus de la guerre :

-        rappel du contexte historique et politique avant-guerre, avec le progrès scientifique et technique, la division des trois gauches au pouvoir et l'essor du matérialisme,

-        la rétention administrative arbitraire de 70000 civils étrangers présents en France lors de la déclaration de guerre. Hommes, femmes et enfants ont été regroupés dans 70 centres (qualifiés de « camps de concentration » dans les courriers du ministère de l'Intérieur) afin d'éviter les actes de sabotage ou espionnage. Les régimes d'enfermement était très variable : remise en liberté avec obligation de pointer à la police, semi-liberté, enfermement complet. Même les Alsaciens/Mosellans (considérés comme ressortissants allemands) étaient soumis aux mêmes obligations,

-        la surveillance des populations (le gouvernement se méfiant à la fois des courants politiques de droite et de gauche), la censure des journaux et la propagande officielle (par exemple, les cadavres de soldats tués montrés dans les journaux étaient toujours allemands),

-        le travail des femmes dans les usines d'armement,

-        le travail de 120000 Chinois venus travailler dans les usines d'armement puis, en 1918, employés comme terrassiers pour déminer le champ de bataille et récupérer les cadavres des soldats morts.

-        le sort des soldats disparus au front, pour lesquels les familles ont pu adresser des demandes de recherche dans les camps de prisonniers auprès du Roi d'Espagne, pays neutre,

-        l'importance des usines Schneider du Creusot, qui produisaient le fameux canon de 75 et de nombreuses munitions. De plus, un arsenal naval produisait, à Chalon/Saône, des navires de guerre et des sous-marins qui, une fois testés sur la Saône, rejoignaient Toulon en Méditerranée via le Rhône pour être armés,

-        les carences de l'appareil militaire : généraux non-clairvoyants, équipements désuets, stratégie défaillante, etc.

-        la diversité des monuments aux morts, allant de l'esprit de vengeance au pacifisme affiché,

-        la précarité de la paix signée à Versailles, qui conduira à une nouvelle guerre mondiale en 1939.

 

Pour plus de photos, cliquez sur ce lien
 

 

 


Date de création : 03/03/2017 @ 18:31
Dernière modification : 04/03/2017 @ 10:45
Catégorie : Comité Dombes - Côtière de l Ain

Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Calendrier
Carnet
Recherche



Webmaster - Infos
Connexion...
 Liste des membres Membres : 26

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 4

Total visites Total visites: 244489  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 72

Le 21/02/2018 @ 22:50

^ Haut ^